Kankan /Tokouno : Les citoyens décident d’abandonner l’excision grâce à l’ONG ASD...

Kankan /Tokouno : Les citoyens décident d’abandonner l’excision grâce à l’ONG ASD (Association des Amis de la solidarité sociale et le développement)

0
PARTAGER

Après quelques mois d’activités sur le terrain et grâce à un appui financier du fonds des nations unies pour la population, l’ONG ASD (Association des Amis de la solidarité sociale et le développement) est parvenue à sensibiliser et encourager les citoyens de la zone de Tokouno située à 120km de la commune urbaine de Kankan à dire oui à l’abandon compris les MGF/ excision et mariages précoces. L’annonce de la déclaration de l’abandon vient d’être faite par les citoyens très enthousiasmés pour l’occasion.
La cérémonie de déclaration officielle fut présidée par le Directeur de cabinet du gouvernorat de Kankan en l’occurrence Almamy Simbaly Camara qui avait à ses cotes l’Inspectrice régionale de l’action sociale ainsi que plusieurs cadres préfectoraux et sous-préfectoraux. Après une grande cérémonie culturelle organisée pour la circonstance, les femmes de la localité sont à tour de rôles revenues sur les méfaits des MGF (Mutilations génitales féminines).Selon elles, cette pratique peut entrainer chez les femmes et filles les fistules obstétricales et les complications lors de l’accouchement. C’est face à toutes ses conséquences qu’elles décident officiellement d’abandonner la pratique dans les zones et s’engagent à sensibiliser d’autres personnes qui pensent que ces pratiques sont des valeurs cardinales de notre société.
Dans l’atteinte de ces résultats, le Sous-préfet de la zone s’est personnellement investi dans la sensibilisation et l’encouragement des habitants de 29 localités concernées par les localités afin qu’elles disent désormais non aux MGF.
Très émus de cet acte, les responsables de la ville ont apprécié l’engagement. Madame Aminata Berete inspectrice régionale des affaires sociales et de la promotion féminine a martelé en ces termes : « je souhaite que cet engagement soit le déclic d’un réveil des femmes de Tokounou pour abandonner toutes les pratiques dans la sous-préfecture » a-t-elle lancé.
Rappelons que les pratiques des violences sur le genre prennent une grande ampleur en haute Guinée avec un taux élevé de mariages et de viols subis par les jeunes filles. Espérons qu’avec ce projet, la proportion diminuera au fil du temps.
La Redaction

Comments

comments