Kankan: Arrestation du journaliste Abdoulaye n’koya,que s’est il reelement passé?

Kankan: Arrestation du journaliste Abdoulaye n’koya,que s’est il reelement passé?

0
PARTAGER

Kankan, les journalistes continuent à payer les frais des exactions et bavures de la part des autorités, Hommes en uniformes et certains individus.
Ce mercredi 22 janvier 2020,c’était au tour de notre confrère Abdoulaye N’koya Sylla Rédacteur en Chef de la Radio Horizon FM et Correspondant du site guineematin.com d’être victime d’une bavure policière de la part de la compagnie mobile d’intervention et de la sécurité (CMIS) de kankan.L’acte s’est passé au moment où il était sur le terrain pour la couverture de la manifestation des élèves de l’école nationale d’instituteur (ENI) qui réclamaient à la Direction leur bourse d’entretien de trois mois(octobre, novembre, décembre ndlr).
Muni de son badge et des matériels de travail dont le dictaphone et la camera, le Rédacteur en Chef de la Radio Horizon FM a été embarqué de force par les agents de la CMIS venus faire des interpellations sur instruction du Préfet de Kankan Aziz Diop. Il est reproché à notre confrère, de prendre part à un attroupement illégal.
Interrogé, la victime est revenue sur sa mésaventure en ces termes : « C’était aux environs de 9h que nous avions été informés de la manifestation des élèves maitres de l’ENI. Aussitôt, avec mon confrère facely, on s’est rendu sur les lieux pour la couverture médiatique. Mais il se trouve que les agents de la CMIS procédaient aux arrestations…Moi je faisais des images parcequ’on avait remarqué que les élèves maitres avaient érigé des barricades devant l’inspection régionale de l’enseignement professionnel et technique. Donc ils (agents de la CMIS ndlr) sont venus, ils étaient au nombre de 4, ils m’ont interpéllé.Je leur ai exhibé mon badge de presse en les disant que je suis journaliste. Mais cela n’a pas suffit, ils m’ont embarqué manu militari. J’ai été détenu à la CMIS pendant trois heures. J’ai été auditionné » a-t-il dit.
Poursuivant, notre confrère ajoute qu’il a reçu quelques coups de matraque et coups de pied. A ceux là s’ajoutent des injures à l’encontre de ses parents.
Apres avoir passé quelques heures en détention à la CMIS de missiran, le correspondant du site Guineematin.com et la Radio Lynx Fm a été relâché grâce à la solidarité des Hommes de medias de Kankan qui en ont fait un problème commun. Le commandant de cette compagnie de sécurité exigeait à ce que le Préfet donne l’ordre pour sa libération, ce qui fut fait après près de 4 heures de détention.
Il est à rappeler que dans la commune urbaine de Kankan ce n’est pas la première fois qu’un journaliste soit victime d’agression ou intimidation de la part des Hommes en uniforme et certains individus ni foi, ni loi. Il est temps que cela cesse pour l’épanouissement de la démocratie dans notre pays.
Mohamed Slem Camara

Comments

comments