Chronique : 28 septembre 1958 le jour où la Guinée a osé...

Chronique : 28 septembre 1958 le jour où la Guinée a osé (Par Mohamed slem Camara)

0
PARTAGER

28 septembre 1958-28 septembre 2019 : cela fait 61 ans jour pour jour que le peuple de Guinée affirma non à la communauté française à travers le referendum constitutionnel proposé sous la présidence de la République de René Coty et du gouvernement dirigé par Charles de Gaulle.
Un moment inoubliable pour le guinéen d’ici et d’ailleurs. Car la Guinée dirigée par le courageux et déterminé Président feu Sékou Touré a osé. Oui je dis bien osé !
Sékou a osé défier la France à sa tête le géant Président General de gaulle à l’époque Président du conseil constitutionnel de la 4 eme République. Sékou a honoré la Guinée à travers le « non » historique pour un « oui » à l’independance memorable.Une seule phrase citée le 25 octobre à Conakry a valu et permis : « nous préférons la pauvreté dans la liberté à l’opulence dans l’esclavage ». Oui la liberté ; on l’a eu un 28 septembre en votant non à de Gaulle et sa France. Quelques jours plu tard l’indépendance a été acquise. Notre souveraineté a été obtenue devant les paires du continent le 2 octobre de la même année 1958.
Sékou Touré a osé et a inspiré le monde surtout l’Afrique. Le « non » historique de la Guinée a été une leçon pour beaucoup de pays du continent dans la lutte à l’accession à l’independance.Car deux ans après, de nombreux pays africains proclamèrent leur indépendance en 1960.
Notre feu Sékou a donné l’indépendance à la Guinée, mais il n’était pas seul .Il a été sans doute épaulé par les grands noms dont Diallo Telly, Sayfoulaye Diallo, M’balia Camara, pour ce ne citer que ceux là .Ils se sont investis corps et âmes pour que le pays soit libre. Mais le combat a été réussi grâce à l’implication forte du peuple de Guinée. Un peuple travailleur, un peuple digne ; un peuple determiné, un peuple fort surtout courageux et uni. A travers le referendum du 28 septembre 1958, la Guinée a prouvé à la face du monde son unicité et son coté famille une et indivisible. Cette fraternité et solidarité doivent continuer pour le bien de tous comme le laisse entendre notre devise qui est être autres : travail justice solidarité.
Le referendum du 28 septembre n’a pas été facile, mais na pas été non plus rude. Car aux dires des ainés, c’était impératif d’où la détermination de tous.
Les 28 septembre doivent être des moments de commémoration et décoration de nos Héros qui sont les pères de l’independance.Mais très malheureusement depuis quelques années cette date passe inaperçue. Nos gouvernant l’ont peut être oubliés. Il est temps de la restaurer, j’allais dire de la celebrer.Car mieux vivre le présent, il est important de connaitre le passé et construire l’avenir. A bon entendeur salut

Mohamed Slem Camara
624 04 07 93

Comments

comments