Kankan : Des jeunes « cosmossiens » au chevet des fous

Kankan : Des jeunes « cosmossiens » au chevet des fous

0
PARTAGER

S’investir volontairement dans l’entretien des victimes de dépression mentale ;voici entre autres le nouvel objectif des jeunes laveurs d’engins roulants évoluant dans la commune urbaine Kankan précisément aux abords du fleuve Milo non loin du grand pont.
Munis des ceintures et autres moyens ; ces jeunes communément appelés « cosmossiens » sillonnent les différentes artères de la ville pour saisir les déments dans le but de les rendre propres. Cette opération qui s’effectuait uniquement les vendredis de chaque semaine a été ramenée selon leur porte parle au samedi et mardi afin de faciliter l’interpellation des malades de folie. Au marché Dibida où ils ont été perçus par notre rédaction le week end dernier, Souleymane kourouma a déploré le manque de soutien des autorités dans cette action. « L’aide des autorités tarde à venir jusqu’à présent, pourtant depuis belle lurette nous sommes sur cette activité …ils sont au courant mais rien» a-t-il dit. Poursuivant son intervention, le porte parole de ces jeunes volontaires affirme que la contribution des bonnes volontés notamment les femmes des différents marchés constitue leur unique source de revenue. « Grace à ces aides ; on arrive à acheter les habits pour entretenir ces fous » renchérit t’il.
Depuis plusieurs années, ces jeunes s’adonnent à cette pratique en vue de rendre propre les victimes de dépression mentale. Au cours de l’une des opérations, notre interlocuteur a été blessé à la main par un fou. Vu les risques qui caractérisent cette activité et compte tenu des difficultés auxquelles ils sont confrontés Lancinet lance un appel aux autorités afin de leur venir en aide. Il plaide aussi en faveur de la construction des cabanes et centres psychiatriques destinés pour le traitement et l’hébergement des personnes atteintes de troubles mentaux.
A noter qu’après lavage, les malades sont vêtus ; coiffés et entretenus par ces jeunes avant leur libération.
A Kankan, plusieurs fous errent les différentes rues de la ville au vu et au su de tous. Ces jeunes ne demandent juste qu’un coup de main de la part des administrateurs et Autorités du pays en vue de pérenniser cet acte de volontariat.Une initiative à encourager !
Mohamed slem camara
624 04 07 93

Comments

comments