Kankan : « Dakèmè » ou la résidence du Préfet, une architecture coloniale qui...

Kankan : « Dakèmè » ou la résidence du Préfet, une architecture coloniale qui continue à forcer l’admiration (l’historique) !

0
PARTAGER

Placé au centre-ville de Kankan, cet ancien bâtiment colonial est construit vers 1894 selon Fabou Koulibaly Professeur d’histoire à l’Université Julius Nyerere de Kankan. Le plan architectural de l’édifice présente cent ouvertures dont l’ensemble des portes et fenêtres, d’où l’appellation« Dakèmè » qui se traduit littéralement en Malinké cent portes ou bâtiment à cent portes. Autrefois ce bâtiment servait de résidence aux commandants de cercle de Kankan pendant la période coloniale. Il est composé d’un étage qui servait de logement pour le Commandant de cercle et le rez-de-chaussée comme son bureau.

De nos jours, Dakèmè est la résidence du préfet de Kankan. Il n’a pas échappé à la colère de la population pendant la grève de janvier-février 2007. Après sa rénovation à la faveur de la célébration de la fête tournante de l’Indépendance guinéenne en Janvier dernier à kankan ;cette résidence fut occupée par le préfet Aziz Diop qui y reside toujours.

Pour rappel, 85 commandants de cercle se sont succédés à la tète de ce  local historique et Administratif. Selon les informations reçues , 79 personnes y ont résidé.Le premier commandant Capitaine Besançon a pris service le 12 avril 1891 avant d’être officiellement muté de Kankan le 07 janvier 1892. Le premier à habiter la résidence, est le septième dans l’ordre à la personne du Capitaine Filonneau à sa date de prise de commandement le 17 février 1894 jusqu’à son père.

Il faut retenir cependant, que Monsieur Bernard Maurice Administrateur d’AOF, fut le dernier commandant à quitter cette résidence. Il avait pris service le 31 janvier 1958 et pour définitivement partir le 28 septembre 1958,date à laquelle la colonie de la Guinée française a voté contre le projet de constitution de la communauté Franco-africaine proposé par la France.

Mohamed junior Diallo

Comments

comments